ACCEUIL
NOS COUTEAUX
JEAN TANAZACQ
GALERIE
CONTACT
TELECHARGEMENT
Dagues de chasse
© 2013
  • DAGUES DE CHASSE


La base même du combat à l'arme blanche longue était de porter des coups d'estoc et de taille, autrement dit des coups de pointe ou des coups de tranchants.

Cet art là est tombé en désuétude, du moins sous nos latitudes, mais trouve encore un reste d'existence dans la chasse lorsqu'il s'agit d'achever un grand gibier.

Sans doute est-ce devenu de nos jours un art mineur que de mettre un terme aux souffrances d'un animal blessé, qui demande du savoir faire et de mesurer la prise de risque personnelle pour n'être ni trop hardi, ni trop prudent.

On a vu avec les couteaux de chasse que l'on pouvait user de la pointe et du tranchant, mais avec les dagues il s'agit de privilégier le coup de pointe, l'estocade.

Dans cette optique l'arme de chasse spécifique c'est la dague, laquelle par construction ne peut pratiquement pas couper étant donné l'angle de tranchant géométriquement formé à la pointe qui est peut différent de 45°.

Par contre le pouvoir de pénétration de ces lames est "fulgurant" et rien ne peut s'y opposer, pas même les os, si l'impulsion violente est produite par le corps du chasseur tout entier et fait choc. C'est ce qui en fait tout l'intérêt.

La gamme des dagues de chasse repose sur trois modèles :


La Rix : c'est une dague à double tranchant de 22 cm de lame, très effilée, avec un ricasso prononcé et strié qui incite à une tenue très caractérisée. Cette lame, très prisée des chasseurs de grand gibier, est un des fleurons de notre fabrication.

L'idée vient des mains gauches des bretteurs du 16ème siècle et de la dague V42 américaine qui a été fabriquée par Case à raison de 3600 exemplaires pour équiper les premières "Spacial Forces" Américano-Canadiennes en 1943.

Est-il besoin d'expliquer l'origine de son nom ?


Le WW II dont la génèse a été évoquée plus haut s'appelle ainsi pour rappeler son idée d'origine : World War II (seconde guerre mondiale).

La lame, toujours de 22 cm, est moins effilée que dans le modèle précédent, mais néanmoins encore très pénétrante pour une coupe un peu supérieure.


La dague de l'Empereur , elle, est une version plus longue que la Rix puisque sa lame mesure 32 cm.

Sa longueur la rapproche des couteaux de vènerie qui sont en réalité des épées courtes de chasse et dont l'intérêt essentiel est d'achever en relative sureté les grands cervidés extrêmement dangereux à l'hallali tant par leurs bois que par leurs sabots.

Le nom de cette dague vient du premier client pour lequel nous avons réalisé ce modèle et c'est en même temps un clin d'œil à mon enfance et à l'histoire du fait que j'ai trouvé dans le parc de ma grand-mère de nombreuses pièces de monnaie à l'effigie de Napoléon III, mon grand-oncle, premier habitant de la demeure et maire de Maubert-Fontaine de 1830 à 1870 ayant été un sénateur influent du Second Empire.

Le Shangaï , inspiré d'une dague de fabrication locale pour le compte d'une division américaine opérant en Chine en 1937 en liaison avec les Concessions étrangères où j'ai failli naître,cette dague au contraire des précédentes est destinée à servir des gibiers moyens du type chevreuil ou petit sanglier, occurrence centrale de nombreuses chasses.