ACCEUIL
NOS COUTEAUX
JEAN TANAZACQ
GALERIE
CONTACT
TELECHARGEMENT
Perspectives
© 2013

    PERSPECTIVES

    Notre entreprise et nous-mêmes sommes tributaires comme tout le monde des contingences du moment.

    La crise financière et économique qui s'abat sur le monde depuis la fin 2008 est plus que grave.

    La plupart des analystes économiques sont d'accord sur l'enchaînement des évènements ayant conduit à ce désastre et beaucoup même, avaient depuis un ou deux ans, écrit que la crise était prévisible.

    Poussant l'analyse un peu plus loin, certains ont mis le doigt sur le fait que c'est l'avidité de l'argent pour l'argent et la dictature de l'immédiat qui ont été le moteur de cette crise. Face à cela, toutes les régulations ayant disparues, plus personne n'était responsable et plus personne n'est intervenu, l'impéritie politique était la règle.

    Des analystes ont écrit que la "main cachée" d'Adam Smith censée réguler automatiquement les marchés n'avait pas fonctionné, ce qui est une bonne remarque.

    Par là même ils mettent en cause l'idéologie dominante, sans voir la corrélation pourtant évidente entre cette "Main cachée" et celle de Mammon, le Dieu de l'Argent, pour lequel l'Evangile est sans appel : "Nul ne peut servir Dieu et Mammon" - C'est à ce niveau qu'il faut agir -

    Des mesures techniques complexes et sévères sont absolument nécessaires pour tenter de résoudre la crise, mais elles seront, aussi, totalement insuffisantes sans la conversion intérieure, volontaire et personnelle de chacun.

    Ces mêmes analystes montrent bien, alors qu'ils luttent pour la mondialisation de l'économie proclamant que "le protectionnisme c'est la guerre", que la nationalité de certaines grandes entreprises à vocation multinationale est non seulement importante mais stratégique et qu'un état digne de ce nom doit y veiller. Dans cet esprit les Etats Unis ont dissuadé le fond souverain de Dubaï de prendre le contrôle de six ports US et chez nous, Thalès et EDF-Suez sont considérés comme incontrôlables par quiconque autre que la France, mais les gesticulations présidentielles n'ont pas empêché , idéologie oblige, Mittal de prendre le contrôle total d'Arcelor. Des pans entiers de notre industrie sont passés sous contrôle étranger, le savoir-faire, l'outillage et les emplois aussi. Qui peut croire à un retour dans le contexte actuel. L'idéologie dominante de l'argent roi , de la mondialisation économique sans frein sous-tendant une gouvernance mondiale et une religion synchrétiste universelle, nous conduit tout droit vers la mondialisation de la guerre.

    Pour le monde des entreprises et plus encore pour les toutes petites, l'attitude hostile du monde des finances n'est pas une découverte. Les banques, la justice, les syndicats, l'administration, le grand public et les médias se sont ligués par idéologie interposée pour faire du chef d'entreprise un délinquant qui s'ignore. Si bien que la fonction est soit désertée, soit vouée à l'échec faute de moyens.

    Cette coalition a "tué" l'entrepreneur, donc l'entreprise, donc les emplois.

    Néanmoins nous existons depuis près de trente ans et nous le devons à tout un ensemble d'opérateurs personnels qui, transcendant l'intérêt immédiat par l'espérance, nous ont ouvert leurs portefeuilles, leurs usines, leurs conseils et leur coeur pour nous aider en plus des clients devenus souvent des amis, qui au jour le jour ont apprécié nos produits, nos efforts, et les ont soutenus.

    Que tous en soient remerciés ici.

    Notre programme d'avenir face à l'adversité est simple : Continuer !

    Parodiant une devise célèbre, voici la nôtre :


    Croire et durer.